Le 18 décembre 2015

logo srem

MOT DU PRÉSIDENT

Nous achevons, tous ensemble, une année qui n’a pas été des plus faciles, syndicalement parlant. Nous baignons encore dans les eaux troubles que le gouvernement provincial nous a imposées avec sa loi 15 (PL3) sur la restructuration des régimes de retraite à prestation déterminée. Ces négociations imposées ne sont pas encore terminées et des demandes de prolongation de délai ont déjà été adressées au ministre Sam Hamad, pour nous permettre un règlement négocié. Nous ne sommes pas au bout de nos peines: le gouvernement Couillard nous promet une année 2016 tout aussi tumultueuse avec la promesse faite à l’Union des Municipalités du Québec (UMQ), dans le cadre du pacte fiscal, prévoyant le dépôt d’une loi au printemps prochain qui viendra charcuter près d’un demi-siècle de paix sociale, qui octroierait des pouvoirs décisionnels aux municipalités afin de décréter unilatéralement nos conditions de travail, nous exposant à la perte de droits historiques acquis parfois de haute lutte, remettant en question le droit reconnu de négocier selon les lois en vigueur et par la constitution.

La chute du gouvernement Harper est une bonne nouvelle, on doit l’admettre. Le nouveau gouvernement semble vouloir effacer, si on décode bien les signaux perçus jusqu’ici, l’arrogance antisyndicale qui a caractérisé les actions de leur prédécesseur. Donnons la chance au coureur. Hormis la négociation des régimes de retraite qui a occupé une bonne partie de nos énergies cette année, il y a la convention collective des cols blancs de Saint-Lambert qui a été négociée et signée le 30 septembre dernier, dont l’élément central a été d’établir un horaire de travail de quatre jours et demi à l’année. Il faut saluer ici l’excellent travail du comité de négociation de Saint-Lambert ainsi que l’esprit d’ouverture qu’il y avait à la table, de part et d’autre. Un exemple à suivre pour les négociations qui ont cours à Brossard (cols blancs et bientôt les brigadiers scolaires) ou qui débuteront en 2016 à Longueuil (cols blancs et employés de piscine), à Saint-Bruno-de-Montarville (brigadiers scolaires et employés de piscine) et Boucherville (cols blancs, brigadiers scolaires et employés de piscine).

Vous serez sollicités plus que jamais en cette nouvelle année 2016, le mot SOLIDARITÉ doit prendre tout son sens dans le cadre des défis que nous aurons à relever. Il faut associer les gestes à la parole et se soutenir plus que jamais unis face à des employeurs organisés et soutenus par les gouvernements supérieurs dans leur désir de nous faire reculer. Merci d’avance à toute la structure syndicale pour le travail que vous aurez à accomplir, vous le faites pour le bien de la collectivité que vous représentez.

Je terminerai sur cette note traditionnelle, on en a bien besoin, en vous souhaitant un temps d’arrêt essentiel, un repos fort mérité pour le temps des Fêtes, avec votre famille, vos amis, vos êtres chers. Prenons soin de nous, ménageons notre santé afin d’entrer dans une nouvelle année avec l’espoir de matérialiser nos souhaits les plus chers.
Joyeuses fêtes et bonne année 2016.

Signature André Duval
André Duval, président