25 novembre 2015

logo srem

Mot de remerciement du président

Bonjour chers membres,

Je tiens très sincèrement, en tout premier lieu, à vous remercier pour le geste d’appui à votre président qui a pris la forme d’une résolution que vous avez adoptée lors de l’assemblée générale du 16 novembre dernier, à Brossard. Ce geste d’appui que vous m’avez accordé fait suite à la décision méprisante de mon employeur, ville de Longueuil, de procéder à ma suspension sans solde de 20 jours, dans le cadre de mes fonctions à la présidence de notre syndicat, principalement pour des actions que j’avais le devoir d’exercer comme président dans la bataille pour la défense de votre régime de retraite.

Pour celles et ceux qui étaient présents lors de cette assemblée générale, vous avez dû remarquer mon malaise à ce que l’on me compense (avec promesse de remboursement si la décision devait être renversée en arbitrage) à même les fonds du syndicat les sommes que mon employeur s’est permis de me couper tout juste avant mes vacances. C’est vraiment mal me connaître de penser que je me suis autorisé, comme l’a laissé entendre l’ex-président de la section locale sur la page Facebook de notre syndicat, un remboursement de la sorte, c’est diffamatoire, offensant et ça porte atteinte à ma réputation.

J’ai bien compris les intentions du geste de la ou des initiateurs de cette proposition : que le but recherché se voulait avant tout de donner un signal à l’employeur que les membres n’acceptent pas la mesure de répression contre le principal porte-parole et défenseur des intérêts de l’ensemble de nos membres, principalement sur la question du vol inqualifiable d’une partie importante de notre régime de retraite par nos employeurs, car ce n’est pas que de Longueuil dont il est question, mais bien de l’ensemble des employeurs de l’agglomération. Je tiens à vous informer, ayant déjà pris ma décision bien avant que l’assemblée générale se prononce sur l’adoption de ladite résolution, que je ne toucherais pas un sou de cette volonté de l’assemblée générale malgré le fait, dois-je le rappeler, qu’elle est souveraine. Souveraine, mais pas au point de m’obliger d’encaisser quoi que ce soit. Rien ne me fera revenir sur ma décision. Ma seule et unique préoccupation, et je suis certain que c’est également la vôtre, c’est que notre collègue, officier syndical qui a été congédié pour des raisons liées directement avec ma suspension, soit réintégré à son poste dans les plus brefs délais et nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir afin d’y arriver.

Depuis mon élection, j’ai fait face à bien des tempêtes, j’ai même personnellement été exposé à une offre qui contrevenait au code d’éthique de la Ville de Longueuil, que j’ai d’ailleurs dénoncé aux autorités compétentes de la Ville. J’ai toujours pris des décisions dans le meilleur intérêt des membres et j’entends continuer dans la même veine, tout en renonçant à bien des bénéfices liés à la fonction de président de notre section locale.

Les négociations de vos régimes de retraite à prestation déterminée, au nombre de quatre (4), suivent leur cours, notre but demeure le même, réussir à limiter les dégâts que le gouvernement Couillard nous a imposés de force. La contestation judiciaire nous donnera raison, espérons-le!

Mes sincères salutations.

Signature André Duval

André Duval, président