Sans contrat de travail depuis le 31 décembre 2005, les douze brigadiers scolaires de Saint-Lambert attendaient toujours la décision de l’arbitre de différend nommé dans ce dossier il y a trois ans mais dont les problèmes de santé ont retardé le processus.

Le litige opposant les deux parties était causé par la volonté de l’employeur de supprimer un total de 40 heures de présence brigadière par semaine.

Daniel Duval a déploré la situation : «L’ancienne administration nous avait imposé une fin de non-recevoir. Nous pensions que les nouveaux élus accepteraient de se rasseoir pour trouver une entente. Mais il semble que non, et nous allons devoir vivre avec une décision imposée par l’arbitre. »

C’est le 7 octobre dernier que l’arbitre Gilles Lavoie a finalement rendu sa décision, donnant raison à la Ville et coupant ainsi 40 heures de travail aux brigadiers de la Ville.

Notons qu’une pétition de plus de 600 noms avait été signée pour appuyer les brigadiers et que l’entêtement de la Ville de Saint-Lambert n’a fait que retarder le paiement de l’augmentation salariale de ceux-ci tout en détériorant les relations de travail, le tout pour des économies de bouts de chandelles.

La décision arbitrale a été présentée aux brigadiers le 22 octobre dernier.